« Ma rencontre avec Luis Ansa a changé ma vie. » C'est ainsi que pourraient le dire des milliers de personnes à travers l'Europe passant par les Etats-Unis, le Mexique, l'Argentine et l'Afrique. 

Jamais en tous les cas il n'a laissé indifférents ceux qui l'ont côtoyé que ce soit a travers ses premiers livres touchant le soufisme, ou ceux plus connu racontant un bout de sa vie dans le creux des chamans

« Les sept plumes de l'aigle » « Le secret de l'aigle » et ceux issus de son expérience directe auprès des Naguals « La nuit des chamans » et « Le mystère du Nagual. »

Peintre, laqueur, professeur à l'école du Louvre, écrivain, conférencier, Luis Ansa sème durant des années dans le cœur de celui qu'il rencontre une amitié profonde pour celui qui sait la recevoir. Une amitié sans détour, franche, entière, forte et tendre à la fois à l'image de ce qu'il est.

Créateur de la Voie du Sentir, il la propose à notre vieille Europe habituée à penser, il ouvre ainsi à des milliers de personnes les portes du vivant.

En maître, il instruit, informe nos cerveaux malades d'ignorance sur ce qu'est la nature de notre situation humaine à qui il dédie sa vie offrant ce miel rare, puisé au cœur de l'épice donné par ceux qui sont tout amour.


Ce qu'il redonne par-dessus tout à notre pauvre humanité pensante et seulement pensante, c'est le corps. « La sensation du corps, une émotion qui contient le sentir » qu'il explore tel un artisan. Un découvreur de ce qui existe dans la matière, cachée de nos yeux : la sensation du corps, l'âme du monde, l'esprit du corps comme il le nomme et le monde souverain contenu dans la matière.

Il côtoie alors les grands maîtres soufis tels Rumi, les grands maîtres de la mystique chrétienne: les femmes béguines et plus particulièrement Marguerite Porète, maître Eckart : « que ton dieu soit issu de ta substance. » 


Que ce soit auprès des Soufis Naqsband, auprès des maîtres des maîtres, en maître des chamans : les Naguals, (titres dont il n'a que faire),  Luis Ansa œuvre durant sa vie entière à restaurer la part noble en l'être humain, le libérant de la seule version philosophique, religieuse et psychologique dans laquelle nous sommes enfermés.

Plus particulièrement il ouvre à la femme pour première fois dans cette planète, une voie royale de connaissance s'appuyant sur son fort désir et la profonde nécessité humaine de donner la possibilité au féminin, de naître dans ce monde et de porter sa propre parole au cœur d'une voie de connaissance. Il donne à la femme occidentale la mystérieuse roue de la femme toltèque.

La Voie du Sentir, touche ainsi le cœur de nombreuses femmes et de nombreux hommes désireux d'œuvrer en eux à une autre humanité.

Créant la Voie du Sentir issue de l'expérimentation directe avec le corps, Luis Ansa propose à nous autres occidentaux « bien pensants » une profonde thérapie, celle du sentir, baissant ainsi considérablement la pression du mental qui nous rend fous, fous de raison.

Au cœur de la matière organique, il n'a de cesse de nous inviter à rejoindre le monde de la mémoire, un monde d'expérience et non de savoir, un monde sensible situé en dehors du mental.

Redonnant au corps sa place sans pour autant nier le mental, Luis Ansa n'a de cesse de nous exhorter à naître une seconde fois en plein cœur de la vie du corps et pas seulement de celle de l'esprit.

« Si la chair a été cause de l'esprit, c'est une merveille ; mais si l'esprit a été cause du corps, c'est une merveille de merveilles. Mais moi, je m'émerveille de ceci : comment cette grande richesse a habité cette pauvreté. » Jésus, évangile selon Thomas.

Aujourd'hui, Luis Ansa est parti de cette terre, puisse-t-il vivre en paix. Dieu le garde.

Il œuvre ailleurs auprès des siens tel Omar Ali Sha, dans des mondes tout proches, si proche de nous, ainsi qu'il aime à le dire. 

Le Nagual ne disparait jamais, il plane tel l'aigle dans le ciel, il vous croise au détour d'un chemin, d'une idée, il danse avec la pluie, parle dans le vent…

Infinie gratitude à lui et profonde tendresse à notre Ami Luis Ansa.

En 1960, au centre de spiritualité orientale situé à Grez, dans les environs de Paris, Luis Ansa reçoit pendant trois années, l'enseignement védique des maîtres de l'ordre de Ramakrisna.

Au contact de Raymond Abellio, écrivain, expert en phénoménologie de l'école de E.Husserl, il s'initie à cet art littéraire.

Sa rencontre simultanée avec la redoutable école fondée par G.I.Gurdjieff où, sous l'égide de Vera Daumal, il passe six ans, et, en même temps en relation avec Lanzo del Vasto, il reçoit dans ce cercle, l'enseignement de la difficile voie du lâcher prise, sur l'aspect social dans lequel, l'homme occidental passe le plus clair de son temps. 

 

Puis il rencontre, en la personne du maître Idries Shah, et de son frère Omar Ali Shah, le soufisme, enseignement étranger à son origine chrétienne, où son esprit, évitant le système comparatif de notre pensée, a pu faire en sorte, d'apprendre à apprendre. Ce qui consiste, face à chaque errement, chaque rencontre, d'éviter de comparer le nouveau à ce que nous connaissons ou croyons connaître.

 

Le contact quotidien avec le soufisme, pendant plus de vingt ans, permit à luis Ansa de pouvoir faire une synthèse des parcours des différentes traditions, et de se rendre compte, que dans toutes ces voies, aussi excellentes et profondes l'une que l'autre, il y avait un élément qui manquait à côté du verbe, et que ce phénomène qui déclenchait la nécessité du nommé était la sensation.
La sensation du corps physique, et pas autre chose.

 

Plonger dans la féminité qu'est le « sentir », cœur de la sensation, et se laisser enseigner dans un lâcher prise total de tout ce que l'on connaît, soit sur la vie, soit sur soi-même, est une véritable métanoïa, sans maître, gourou, ni instructeur.

 

Plus tard, il se trouva confronté au chamanisme et au contact de celui-ci, il découvrit, non la réponse à ses interrogations, mais l'origine réelle et la raison de sa quête.


Et c'est avec ce renouveau total du point de vue de la connaissance, de la philosophie, la religion, et l'ésotérisme que Luis Ansa fonda en 1994, l'association « l'Art du Secret ».

 

BIBLIOGRAPHIE

de LUIS ANSA

Luis Ansa, peintre, écrivain et conférencier, est le héros d'un livre culte d'Henri Gougaud, « LES SEPT PLUMES DE L'AIGLE » publié aux éditions du Seuil en avril 1995.
 


Ce récit raconte l'initiation de Luis A. qui débute dans les ruines de Tiahuanaco, où, adolescent, il fait la connaissance d'El Chura, chaman, « homme au plumage de renard » qui le lancera à la recherche des sept plumes de l'aigle, des sept secrets de la vie. Cette rencontre en entraînera d'autres : celle du « gardien du temps », du vieux Chipès, de dona Maria, de l'amour, qui est le premier mystère du monde. Cette quête étrange, tourmentée, d'un savoir et d'une lumière, a bien eu lieu, un jour – une fois – entre la Sierra Grande, les ruelles de La Paz et le plateau du Machu Picchu.

"L'HOMME, MEMOIRE DE L'UNIVERS"

Luis Ansa
1984 - Dervish International France

« Cette intention a été soutenue et guidée par la gratitude envers tous les maîtres de l'Hermétisme Chrétien, du Soufisme, de l'Indouisme et du Bouddhisme, qui ont marqué ma vie. » L.A.


L'être humain a besoin de transcender sa dimension purement sociale et animale de consommation.


Il a en lui, confusément énoncée, profondément cachée, une mémoire non altérée, qui lui parle d'une grandeur enfouie dans sa substance. C'est à cette mémoire, à cette grandeur, que ce livre s'adresse.

​"LE QUATRIEME ROYAUME"

Edition 2011
Les Editions du Relié / Le Relié Poche

De même que dans nos gènes est inscrite l'évolution biologique de chaque individu depuis sa naissance, de même à l'intérieur de nos cellules se trouve déposée la connaissance de l'univers en une mémoire à la portée de l'homme. Ce livre est une invitation à un voyage, sans mystère et en pleine lumière, à l'intérieur de notre propre réalité. Il ne s'agit pas d'aller quelque part, mais de retourner à soi-même.


Il ne s'agit pas d'illumination, il s'agit d'ETRE, d'une façon naturelle, aimable et simple.

"LE SECRET DE L'AIGLE"

Luis Ansa - Henri Gougaud
2000 - Editions Albin Michel

« Un chaman n'a pas d'histoire » m'a dit Luis Ansa un jour, devant l'un de nos sempiternels cafés.


C'est cela que Luis Ansa nous donne ici : de nouveaux épisodes de sa vie, éclairés par la lumière de cet émerveillement qui nous fait les yeux vifs, et la parole émue, quand on les rappelle à la conscience, pour les offrir à un ami. Ils sont aussi, bien sûr, révélateurs de sens, ce qui ne signifie pas qu'ils soient toujours raisonnables : l'amour de la vie ne l'est pas. C'est ce sens, et de cette sorte de bienfaisante déraison qui nous pousse sans cesse à vivre, que nous avons abondamment parlé au cours des entretiens qui complètent ce livre.


Un vœu pour conclure ces quelques lignes : que la parole de Luis Ansa soit aussi joyeusement nourricière pour le lecteur de cet ouvrage qu'elle le fut, et qu'elle l'est encore pour moi. "

Henri Gougaud.

"LA NUIT DES CHAMANS"

Luis Ansa
2005 - Les Editions du Relié

Luis Ansa nous entraîne au Mexique, dans un étonnant voyage initiatique avec quelques amis chamans, Péruviens et Toltèques, des ethnologues, et un moine franciscain. Des pyramides mayas de Chichen Itza à d'autres hauts lieux sacrés, Kuxtal, Mitla, Palenque… de multiples révélations attendent ces hommes et ces femmes.Leur périple, où le réel et l'irréel souvent se confondent, les amène à se rencontrer au plus intime d'eux-mêmes, à mieux connaître l'âme indienne et les forces occultes en œuvre dans le Mexique d'hier et d'aujourd'hui.

"LE MYSTERE DU NAGUAL"

Luis Ansa
2010 - Les Editions du Relié

Deux ans après son expérience avec le chaman toltèque don Justino et sa fille Inés, Luis repart pour le Mexique afin de percer le mystère des Naguals, détenteurs des secrets de l'ancienne religion du Mexique. Don Justino est un Nagual, un chaman supérieur en quelque sorte, et Luis espère devenir son apprenti.. Don Justino accepte de lui donner une initiation accélérée en le confiant d'abord à doña Juana, une jeune chamane de 25 ans, aussi belle et sensuelle qu'Inés… Elle lui apprend à canaliser de façon positive son attention, une énergie présente dans tout le corps physique. Pour développer cette attention sensitive elle l'initie à une série d'exercices qu'il devra répéter chaque jour. 


Parallèlement, Justino le confie à deux autres chamans : d'abord don Benito Silva, un sorcier redoutable qui, lors d'un rituel nocturne, lui apprend à se défaire de ses peurs et à réveiller en lui des pouvoirs en cessant de se focaliser mentalement sur des objets pour être constamment présent à son corps et ses sensations afin de « vivre dans un état de connaissance élargie, unie au tout, une connaissance éveillée dans chaque cellule … ».

"LES CONTES DE L'AIGLE"

Histoires chamaniques

Luis Ansa 2016 - Editions le Relié

Luis Ansa en homme de légende, conte dans ce livre à travers une écriture des plus savoureuses, ces histoires de vie qui donnent envie d’aimer, de rire, de parler, ces légendes bien vivantes et leur mystère tout proche, qui peuplent les rêves des femmes et des hommes, si on sait les entendre. On y rencontre Natay, le petit indien solitaire et son grand père don Quintana, le vieux sorcier et leur étonnante conversation ; la puissante réalité du rêve de Feliciano ; l’initiation dans le monde féminin de Juan Serrano ; la naissance de P’tit conte dans le monde des légendes et la mystérieuse et époustouflante présence de dona Jacinta et son amoureux don Cirilo qui n’en avait pas demandé tant ! En conteur du vivant ces contes nourrissent et enseignent, plongés qu’ils sont dans le coeur de la mémoire. Qu’ils voyagent emportés par les vents.